Limits...
[Primitive benign retrovesical schwannoma: an extremely rare tumor, a case report].

Beddouche A, Fahsi O, Kallat A, El Bote H, Ziani I, El Sayegh H, Iken A, Benslimane L, Nouini Y - Pan Afr Med J (2016)

Bottom Line: Because of the risk of recurrence and malignant transformation, excision must be complete.Diagnostic imaging (ultrasound, CT scan, MRI) of the pelvis showed a left-lateralized retrovescical mass with a thin wall, measuring 68x70x70 mm exerting mass effect on the bladder and the sigmoid.Recidivism and malignant transformation, although rare after surgery, impose postoperative clinical monitoring and annual CT scanning.

View Article: PubMed Central - PubMed

Affiliation: Service d'Urologie A, Hôpital Ibn Sina, Chu Rabat, Maroc.

ABSTRACT
Schwannoma is usually a benign tumor of nervous origin arising from Schwann sheath cells. It is an extremely rare tumour because of its low incidence and its retrovescical localization. Histological and immunohistochemical examinations confirm the histological type as well as the benign or malignant origin of schwannoma. Because of the risk of recurrence and malignant transformation, excision must be complete. We report the case of a 39 years old patient, hospitalized for chronic pelvic pain accompanied by a sensation of heaviness, lower urinary tract irritation and urinary hesitancy. Diagnostic imaging (ultrasound, CT scan, MRI) of the pelvis showed a left-lateralized retrovescical mass with a thin wall, measuring 68x70x70 mm exerting mass effect on the bladder and the sigmoid. The surgical procedure, a midline laparotomy, allowed the removal of a well encapsulated retrovesical mass. Histological and immunohistochemical examinations concluded to a benign schwannoma. Recidivism and malignant transformation, although rare after surgery, impose postoperative clinical monitoring and annual CT scanning.

No MeSH data available.


Related in: MedlinePlus

HEx10 prolifération tumorale à cellules fusiformes montrant des palissades nucléaires caractéristiques
© Copyright Policy - open-access
Related In: Results  -  Collection

License
getmorefigures.php?uid=PMC4862769&req=5

Figure 0007: HEx10 prolifération tumorale à cellules fusiformes montrant des palissades nucléaires caractéristiques

Mentions: Nous rapportons le cas d'un patient âgé de 39 ans, sans antécédent pathologique particulier, présentant une douleur pelvienne chronique à type de pesanteur apparue 6 mois auparavant, accompagnée de signes irritatifs du bas appareil urinaire et de troubles de transit, le tout évoluait dans un contexte d'apyrexie et de conservation de l’état général. L'examen clinique trouvait un patient en bon état général, des constantes hémodynamiques correctes, une légère sensibilité hypogastrique, et un toucher rectal normal. L’échographie pelvienne avait révélé une formation tissulaire hypoéchogène peu homogène à développement rétrovésical sus prostatique mesurant 6 cm (Figure 1). La TDM abdomino-pelvienne avait révélé la présence en rétrovésical d'une masse de 77x74 mm, à paroi fine, de densité semi-liquide, non modifiée après injection, refoulant la paroi postérieure de la vessie (Figure 2). L'IRM avait révélé la présence d'une masse pelvienne latéralisée à gauche arrondie de contours réguliers, en hypo-signal T1 hyper-signal T2, rehaussée de façon hétérogène après injection, mesurant 68x70x70 mm. Elle exerce un effet de masse sur la vessie et le sigmoïde sans signe d'envahissement, elle infiltre focalement les muscles obturateurs interne et externe, refoule les vaisseaux iliaques externes avec disparition du liseré graisseux, et vient au contact de S2 et de l'aile iliaque sans signes de lyse, en bas elle garde un liseré graisseux avec la prostate (Figure 3). L'intervention chirurgicale menée par une laparotomie médiane a permis l'exérèse d'une masse retrovésicale bien encapsulée après repérage de l'uretère gauche, et ligature de deux pédicules fins (Figure 4, Figure 5). Les suites opératoires ont été simples. L'examen anatomo-pathologique (Figure 6, Figure 7) et immunohistochimique (marquage positif à l'anticorps anti PS100) ont conclu à un schwannome remanié sans caractère de malignité.


[Primitive benign retrovesical schwannoma: an extremely rare tumor, a case report].

Beddouche A, Fahsi O, Kallat A, El Bote H, Ziani I, El Sayegh H, Iken A, Benslimane L, Nouini Y - Pan Afr Med J (2016)

HEx10 prolifération tumorale à cellules fusiformes montrant des palissades nucléaires caractéristiques
© Copyright Policy - open-access
Related In: Results  -  Collection

License
Show All Figures
getmorefigures.php?uid=PMC4862769&req=5

Figure 0007: HEx10 prolifération tumorale à cellules fusiformes montrant des palissades nucléaires caractéristiques
Mentions: Nous rapportons le cas d'un patient âgé de 39 ans, sans antécédent pathologique particulier, présentant une douleur pelvienne chronique à type de pesanteur apparue 6 mois auparavant, accompagnée de signes irritatifs du bas appareil urinaire et de troubles de transit, le tout évoluait dans un contexte d'apyrexie et de conservation de l’état général. L'examen clinique trouvait un patient en bon état général, des constantes hémodynamiques correctes, une légère sensibilité hypogastrique, et un toucher rectal normal. L’échographie pelvienne avait révélé une formation tissulaire hypoéchogène peu homogène à développement rétrovésical sus prostatique mesurant 6 cm (Figure 1). La TDM abdomino-pelvienne avait révélé la présence en rétrovésical d'une masse de 77x74 mm, à paroi fine, de densité semi-liquide, non modifiée après injection, refoulant la paroi postérieure de la vessie (Figure 2). L'IRM avait révélé la présence d'une masse pelvienne latéralisée à gauche arrondie de contours réguliers, en hypo-signal T1 hyper-signal T2, rehaussée de façon hétérogène après injection, mesurant 68x70x70 mm. Elle exerce un effet de masse sur la vessie et le sigmoïde sans signe d'envahissement, elle infiltre focalement les muscles obturateurs interne et externe, refoule les vaisseaux iliaques externes avec disparition du liseré graisseux, et vient au contact de S2 et de l'aile iliaque sans signes de lyse, en bas elle garde un liseré graisseux avec la prostate (Figure 3). L'intervention chirurgicale menée par une laparotomie médiane a permis l'exérèse d'une masse retrovésicale bien encapsulée après repérage de l'uretère gauche, et ligature de deux pédicules fins (Figure 4, Figure 5). Les suites opératoires ont été simples. L'examen anatomo-pathologique (Figure 6, Figure 7) et immunohistochimique (marquage positif à l'anticorps anti PS100) ont conclu à un schwannome remanié sans caractère de malignité.

Bottom Line: Because of the risk of recurrence and malignant transformation, excision must be complete.Diagnostic imaging (ultrasound, CT scan, MRI) of the pelvis showed a left-lateralized retrovescical mass with a thin wall, measuring 68x70x70 mm exerting mass effect on the bladder and the sigmoid.Recidivism and malignant transformation, although rare after surgery, impose postoperative clinical monitoring and annual CT scanning.

View Article: PubMed Central - PubMed

Affiliation: Service d'Urologie A, Hôpital Ibn Sina, Chu Rabat, Maroc.

ABSTRACT
Schwannoma is usually a benign tumor of nervous origin arising from Schwann sheath cells. It is an extremely rare tumour because of its low incidence and its retrovescical localization. Histological and immunohistochemical examinations confirm the histological type as well as the benign or malignant origin of schwannoma. Because of the risk of recurrence and malignant transformation, excision must be complete. We report the case of a 39 years old patient, hospitalized for chronic pelvic pain accompanied by a sensation of heaviness, lower urinary tract irritation and urinary hesitancy. Diagnostic imaging (ultrasound, CT scan, MRI) of the pelvis showed a left-lateralized retrovescical mass with a thin wall, measuring 68x70x70 mm exerting mass effect on the bladder and the sigmoid. The surgical procedure, a midline laparotomy, allowed the removal of a well encapsulated retrovesical mass. Histological and immunohistochemical examinations concluded to a benign schwannoma. Recidivism and malignant transformation, although rare after surgery, impose postoperative clinical monitoring and annual CT scanning.

No MeSH data available.


Related in: MedlinePlus