Limits...
[Epidemiological aspects of limb fractures related to military exercises in Togo].

Akpoto YM, Abalo A, Gnandi-pio F, Sonhaye L, Tchaou M, Sama HD, Assenouwe S, Lamboni D, Amavi KA, Adam S, Kpelao E, Tengue K, Songne-Gnamkoulamba B - Pan Afr Med J (2015)

View Article: PubMed Central - PubMed

Affiliation: Service d'Orthopédie Traumatologie du CHU Sylvanus Olympio de Lomé, Togo.

ABSTRACT

Le but de notre étude était de déterminer la fréquence des fractures de membres liées à l'exercice de la fonction militaire au sein des Forces de Défense et de Sécurité en milieu africain en vue de ressortir l'impact des différentes circonstances de survenue. Nous avons entrepris une étude rétrospective descriptive allant du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2013. Elle a concerné les agents des forces de défense et de sécurité traités pour des fractures de membres au cours de cette période. Sept cent quatre (704) cas de fractures de membres ont été dénombrés. L’âge moyen des patients était de 30,57 ans avec des extrêmes de 19 et 55 ans. La prédominance masculine était nette (95,71%). L'Armée de Terre (51,05%) et la Gendarmerie Nationale (38,86%) étaient les plus représentées. Les hommes du rang étaient majoritaires (43,08%), suivis des sous-officiers (32,59%). La fréquence annuelle des fractures de membres en rapport avec la profession militaire était de 63 cas. Les fractures de jambe étaient les lésions les plus recensées (32,96%). Les Formations et les stages militaires ont été les circonstances de survenue les plus rencontrées (42,60%), suivies des accidents de la circulation (39,43%). La perte des journées de service liée à ces lésions était estimée à 14009 jours par an. Les fractures de jambes occupent le premier rang des fractures de membres en rapport avec l'exercice de la profession militaire. Les formations-stages militaires et les accidents de la voie publique en sont les deux grandes circonstances de survenue.

No MeSH data available.


Related in: MedlinePlus

Jeune recrue de 20 ans présentant une douleur du tiers supérieur de la jambe gauche après une marche de 25 Km: radiographie de la jambe gauche de face et de profil montrant une fracture mixte corticale et spongieuse du tiers supérieur de la diaphyse tibiale
© Copyright Policy - open-access
Related In: Results  -  Collection

License
getmorefigures.php?uid=PMC4816315&req=5

Figure 0003: Jeune recrue de 20 ans présentant une douleur du tiers supérieur de la jambe gauche après une marche de 25 Km: radiographie de la jambe gauche de face et de profil montrant une fracture mixte corticale et spongieuse du tiers supérieur de la diaphyse tibiale

Mentions: Aspects lésionnels: Dans l’échantillon étudié, 571 patients (90,78%) avaient présenté une fracture unique, 41 (6,51%) avaient eu une double fracture et 17 (2,7%) une triple fracture; soit un total de 704 fractures. Le membre supérieur a été atteint dans 270 cas (38,35%) et le membre inférieur dans 434 cas (61,65%). Les lésions osseuses les plus fréquentes étaient celles de la jambe dans 232 cas (32,96%). Elles étaient suivies des fractures des deux os de l'avant-bras retrouvées dans 103 cas (14,63%) puis des fractures du fémur (Figure 1). Les accidents de la voie publique étaient les seuls à occasionner les fractures doubles et triples; aussi ils sont responsables de 323 cas de fractures (45,88%). Le Tableau 3 nous donne la répartition des sièges des fractures selon les circonstances de survenue. Les fractures survenues au cours des formations militaires représentaient 38,07% de l'ensemble des lésions recensées avec 268 cas. Ces dernières ont concerné le membre supérieur dans 64 cas (23,88%) et le membre inférieur dans 204 cas (76,12%). Au niveau du membre supérieur, 25 cas (39,06%) de fractures ont concerné les os de la main dont 12 (48%) fractures de phalanges, 9 (36%) fractures des os du métacarpe et 4 (16%) fractures des os du carpe. Les fractures des deux os de l'avant-bras venaient au deuxième rang de ces lésions avec 18 cas (28,13%). Les fractures des deux os de la jambe étaient les plus recensées au membre inférieur avec 152 cas (56,72%). Elles étaient dominées par les fractures de stress qui étaient dénombrées chez 129 patients (84,87%). L'incidence annuelle de ces fractures de stress était de 3,06% (Figure 2 et Figure 3). Avec respectivement 12,78% et 3,27% de lésions osseuses, les fractures causées par les sports collectifs et les armes à feu étaient les moins recensées (Tableau 3).


[Epidemiological aspects of limb fractures related to military exercises in Togo].

Akpoto YM, Abalo A, Gnandi-pio F, Sonhaye L, Tchaou M, Sama HD, Assenouwe S, Lamboni D, Amavi KA, Adam S, Kpelao E, Tengue K, Songne-Gnamkoulamba B - Pan Afr Med J (2015)

Jeune recrue de 20 ans présentant une douleur du tiers supérieur de la jambe gauche après une marche de 25 Km: radiographie de la jambe gauche de face et de profil montrant une fracture mixte corticale et spongieuse du tiers supérieur de la diaphyse tibiale
© Copyright Policy - open-access
Related In: Results  -  Collection

License
Show All Figures
getmorefigures.php?uid=PMC4816315&req=5

Figure 0003: Jeune recrue de 20 ans présentant une douleur du tiers supérieur de la jambe gauche après une marche de 25 Km: radiographie de la jambe gauche de face et de profil montrant une fracture mixte corticale et spongieuse du tiers supérieur de la diaphyse tibiale
Mentions: Aspects lésionnels: Dans l’échantillon étudié, 571 patients (90,78%) avaient présenté une fracture unique, 41 (6,51%) avaient eu une double fracture et 17 (2,7%) une triple fracture; soit un total de 704 fractures. Le membre supérieur a été atteint dans 270 cas (38,35%) et le membre inférieur dans 434 cas (61,65%). Les lésions osseuses les plus fréquentes étaient celles de la jambe dans 232 cas (32,96%). Elles étaient suivies des fractures des deux os de l'avant-bras retrouvées dans 103 cas (14,63%) puis des fractures du fémur (Figure 1). Les accidents de la voie publique étaient les seuls à occasionner les fractures doubles et triples; aussi ils sont responsables de 323 cas de fractures (45,88%). Le Tableau 3 nous donne la répartition des sièges des fractures selon les circonstances de survenue. Les fractures survenues au cours des formations militaires représentaient 38,07% de l'ensemble des lésions recensées avec 268 cas. Ces dernières ont concerné le membre supérieur dans 64 cas (23,88%) et le membre inférieur dans 204 cas (76,12%). Au niveau du membre supérieur, 25 cas (39,06%) de fractures ont concerné les os de la main dont 12 (48%) fractures de phalanges, 9 (36%) fractures des os du métacarpe et 4 (16%) fractures des os du carpe. Les fractures des deux os de l'avant-bras venaient au deuxième rang de ces lésions avec 18 cas (28,13%). Les fractures des deux os de la jambe étaient les plus recensées au membre inférieur avec 152 cas (56,72%). Elles étaient dominées par les fractures de stress qui étaient dénombrées chez 129 patients (84,87%). L'incidence annuelle de ces fractures de stress était de 3,06% (Figure 2 et Figure 3). Avec respectivement 12,78% et 3,27% de lésions osseuses, les fractures causées par les sports collectifs et les armes à feu étaient les moins recensées (Tableau 3).

View Article: PubMed Central - PubMed

Affiliation: Service d'Orthopédie Traumatologie du CHU Sylvanus Olympio de Lomé, Togo.

ABSTRACT

Le but de notre étude était de déterminer la fréquence des fractures de membres liées à l'exercice de la fonction militaire au sein des Forces de Défense et de Sécurité en milieu africain en vue de ressortir l'impact des différentes circonstances de survenue. Nous avons entrepris une étude rétrospective descriptive allant du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2013. Elle a concerné les agents des forces de défense et de sécurité traités pour des fractures de membres au cours de cette période. Sept cent quatre (704) cas de fractures de membres ont été dénombrés. L’âge moyen des patients était de 30,57 ans avec des extrêmes de 19 et 55 ans. La prédominance masculine était nette (95,71%). L'Armée de Terre (51,05%) et la Gendarmerie Nationale (38,86%) étaient les plus représentées. Les hommes du rang étaient majoritaires (43,08%), suivis des sous-officiers (32,59%). La fréquence annuelle des fractures de membres en rapport avec la profession militaire était de 63 cas. Les fractures de jambe étaient les lésions les plus recensées (32,96%). Les Formations et les stages militaires ont été les circonstances de survenue les plus rencontrées (42,60%), suivies des accidents de la circulation (39,43%). La perte des journées de service liée à ces lésions était estimée à 14009 jours par an. Les fractures de jambes occupent le premier rang des fractures de membres en rapport avec l'exercice de la profession militaire. Les formations-stages militaires et les accidents de la voie publique en sont les deux grandes circonstances de survenue.

No MeSH data available.


Related in: MedlinePlus