Limits...
[Unilateral lymphedema of the upper limb in a rheumatoid arthritis].

Bouomrani S, Nouma H, Slama A, Chebbi S, Neffoussi M, Fara A, Beji M - Pan Afr Med J (2015)

View Article: PubMed Central - PubMed

Affiliation: Service de Médecine Interne, Hôpital Militaire de Gabès, 6000 Gabès, Tunisie.

ABSTRACT

Les lymphœdèmes chroniques et localisés des membres ne sont qu'exceptionnellement signalés au cours de la polyarthrite rhumatoïde (PR). Nous rapportons l'observation d'une patiente âgée de 63 ans ayant une PR diagnostiquée depuis dix ans et traitée par hydroxychloroquine, prednisone et méthotrexate avec une bonne évolution fût explorée pour une tuméfaction du membre supérieur gauche évoluant depuis deux ans. À l'examen clinique on notait un membre infiltré en totalité, indolore, élastique et recouvert d'une peau tendue, luisante mais d'aspect normal. Le reste de l'examen somatique était sans particularités. La biologie ne montrait pas d'anomalies. L'imagerie médicale (radiographies-X standards des os de l'avant bras et du thorax, scanner-X thoracique, échographie des parties molles et du creux axillaire, doppler artériel et veineux du membre atteint et écho-mammographie) se révélait normale. La lympho-scintigraphie concluait à l'absence de visualisation du réseau lymphatique superficiel gauche. Le diagnostic de lymphœdème secondaire associé à la PR était retenu devant la négativité du bilan étiologique. Une kinésithérapie de drainage lymphatique fût prescrite en association à des assauts cortisoniques mais l'amélioration n’était que partielle. Parmi les manifestations extra articulaires de la PR, les lymphœdèmes chroniques localisés des membres restent inhabituels et souvent méconnus. Leurs mécanismes physiopathologiques sont mal élucidés et leur traitement ne fait pas encore l'unanimité. Ils gardent en revanche une implication pronostique fonctionnelle majeure.

No MeSH data available.


Lymphœdème de l'avant bras remontant jusqu'au mi bras gauche.
© Copyright Policy - open-access
Related In: Results  -  Collection

License
getmorefigures.php?uid=PMC4587082&req=5

Figure 0002: Lymphœdème de l'avant bras remontant jusqu'au mi bras gauche.

Mentions: Patiente S.F. âgée de 63 ans ayant une PR diagnostiquée depuis dix ans devant une polyarthrite inflammatoire des grosses et petites articulations, une carpite fusionnante bilatérale radiologique et un facteur rhumatoïde fortement positif, et traitée par hydroxychloroquine 200 mg/j, prednisone 10 mg/j et méthotrexate 10 mg/semaine avec une bonne évolution clinique et biologique fût explorée pour une tuméfaction du membre supérieur gauche (MSG) évoluant depuis deux ans. À l'examen clinique on notait un membre infiltré en totalité, indolore, élastique et recouvert d'une peau tendue, luisante mais d'aspect normal (Figure 1 et Figure 2). Le reste de l'examen somatique était sans anomalies, en particulier pas de syndrome tumoral, pas d'adénopathies axillaires ni de cordons veineux palpables. La biologie s'est révélée normale, en particulier pas de syndrome inflammatoire (vitesse de sédimentation, protéine C réactive et électrophorèse des protéines sériques), pas d'anomalies de la numération formule sanguine, enzymes musculaires à des taux normaux et bilan immunologique négatif (anticorps anti nucléaires, complexes immun circulants, fractions C2, C3, C4, CH50 et C1-inhibitor du complément). Les marqueurs tumoraux étaient négatifs (CA125, CA15-3, ACE et aFP). Les radiographies standards des os de l'avant bras et du thorax étaient sans lésions. Le scanner X thoracique était normal ainsi que l’échographie des parties molles et du creux axillaire. Le doppler veineux du membre n'a pas montré de signes d'insuffisance veineuse ni de thrombose profonde ou superficielle concomitante. Le doppler artériel n'a pas montré non plus de signes d'artériopathie sous-jacente. L’écho-mammographie s'est révélé normale. La lympho-scintigraphie au nano-colloïde marqué concluait à l'absence de visualisation du réseau lymphatique superficiel gauche. Le diagnostic de lymphœdème localisé du MSG associé à la PR était retenu devant la négativité du bilan étiologique. Une kinésithérapie de drainage lymphatique fût prescrite puis un mini bolus de méthylprednisolone (500 mg/j pendant trois jours de suite) devant la non amélioration par la kinésithérapie. L'amélioration n’était que partielle avec persistance de l’œdème et de la gène fonctionnelle.


[Unilateral lymphedema of the upper limb in a rheumatoid arthritis].

Bouomrani S, Nouma H, Slama A, Chebbi S, Neffoussi M, Fara A, Beji M - Pan Afr Med J (2015)

Lymphœdème de l'avant bras remontant jusqu'au mi bras gauche.
© Copyright Policy - open-access
Related In: Results  -  Collection

License
Show All Figures
getmorefigures.php?uid=PMC4587082&req=5

Figure 0002: Lymphœdème de l'avant bras remontant jusqu'au mi bras gauche.
Mentions: Patiente S.F. âgée de 63 ans ayant une PR diagnostiquée depuis dix ans devant une polyarthrite inflammatoire des grosses et petites articulations, une carpite fusionnante bilatérale radiologique et un facteur rhumatoïde fortement positif, et traitée par hydroxychloroquine 200 mg/j, prednisone 10 mg/j et méthotrexate 10 mg/semaine avec une bonne évolution clinique et biologique fût explorée pour une tuméfaction du membre supérieur gauche (MSG) évoluant depuis deux ans. À l'examen clinique on notait un membre infiltré en totalité, indolore, élastique et recouvert d'une peau tendue, luisante mais d'aspect normal (Figure 1 et Figure 2). Le reste de l'examen somatique était sans anomalies, en particulier pas de syndrome tumoral, pas d'adénopathies axillaires ni de cordons veineux palpables. La biologie s'est révélée normale, en particulier pas de syndrome inflammatoire (vitesse de sédimentation, protéine C réactive et électrophorèse des protéines sériques), pas d'anomalies de la numération formule sanguine, enzymes musculaires à des taux normaux et bilan immunologique négatif (anticorps anti nucléaires, complexes immun circulants, fractions C2, C3, C4, CH50 et C1-inhibitor du complément). Les marqueurs tumoraux étaient négatifs (CA125, CA15-3, ACE et aFP). Les radiographies standards des os de l'avant bras et du thorax étaient sans lésions. Le scanner X thoracique était normal ainsi que l’échographie des parties molles et du creux axillaire. Le doppler veineux du membre n'a pas montré de signes d'insuffisance veineuse ni de thrombose profonde ou superficielle concomitante. Le doppler artériel n'a pas montré non plus de signes d'artériopathie sous-jacente. L’écho-mammographie s'est révélé normale. La lympho-scintigraphie au nano-colloïde marqué concluait à l'absence de visualisation du réseau lymphatique superficiel gauche. Le diagnostic de lymphœdème localisé du MSG associé à la PR était retenu devant la négativité du bilan étiologique. Une kinésithérapie de drainage lymphatique fût prescrite puis un mini bolus de méthylprednisolone (500 mg/j pendant trois jours de suite) devant la non amélioration par la kinésithérapie. L'amélioration n’était que partielle avec persistance de l’œdème et de la gène fonctionnelle.

View Article: PubMed Central - PubMed

Affiliation: Service de Médecine Interne, Hôpital Militaire de Gabès, 6000 Gabès, Tunisie.

ABSTRACT

Les lymphœdèmes chroniques et localisés des membres ne sont qu'exceptionnellement signalés au cours de la polyarthrite rhumatoïde (PR). Nous rapportons l'observation d'une patiente âgée de 63 ans ayant une PR diagnostiquée depuis dix ans et traitée par hydroxychloroquine, prednisone et méthotrexate avec une bonne évolution fût explorée pour une tuméfaction du membre supérieur gauche évoluant depuis deux ans. À l'examen clinique on notait un membre infiltré en totalité, indolore, élastique et recouvert d'une peau tendue, luisante mais d'aspect normal. Le reste de l'examen somatique était sans particularités. La biologie ne montrait pas d'anomalies. L'imagerie médicale (radiographies-X standards des os de l'avant bras et du thorax, scanner-X thoracique, échographie des parties molles et du creux axillaire, doppler artériel et veineux du membre atteint et écho-mammographie) se révélait normale. La lympho-scintigraphie concluait à l'absence de visualisation du réseau lymphatique superficiel gauche. Le diagnostic de lymphœdème secondaire associé à la PR était retenu devant la négativité du bilan étiologique. Une kinésithérapie de drainage lymphatique fût prescrite en association à des assauts cortisoniques mais l'amélioration n’était que partielle. Parmi les manifestations extra articulaires de la PR, les lymphœdèmes chroniques localisés des membres restent inhabituels et souvent méconnus. Leurs mécanismes physiopathologiques sont mal élucidés et leur traitement ne fait pas encore l'unanimité. Ils gardent en revanche une implication pronostique fonctionnelle majeure.

No MeSH data available.