Limits...
[Ethnobotanical study of plants used in the treatment of diabetes in the traditional medicine of Maritime Region, Togo].

Holaly GE, Simplice KD, Charlemagne G, Kodjovi A, Kokou A, Tchadjobo T, Amegnona A, Komlan B, Jacques S - Pan Afr Med J (2015)

View Article: PubMed Central - PubMed

Affiliation: Centre de Recherche et de Formation sur les Plantes Médicinales (CERFOPLAM), Université de Lomé, Togo.

ABSTRACT

Introduction: Les plantes constituent une grande source de principes actifs qui peuvent être utilisés pour traiter de nombreuses maladies, dont le diabète. L'objectif de cette étude était de recenser les plantes utilisées en médecine traditionnelle pour traiter le diabète dans la région Maritime du Togo.

Méthodes: De janvier 2013 à juin 2014, une enquête ethnobotanique a été réalisée auprès de 164 guérisseurs traditionnels dans la région Maritime par des interviews directes à l'aide d'un questionnaire semi structuré.

Résultats: Les données recueillies ont permis d'identifier 112 espèces végétales appartenant à 51 familles. Les familles les plus représentées ont été les Caesalpiniaceae / Fabaceae avec 9 espèces, suivie des Euphorbiaceae et des Compositae avec 8 espèces chacune. Les espèces les plus citées ont été Allium sativum, Alium cepa, Guilandina bonduc, Moringa oleifera et de Picralima nitida qui ont eu une valeur usuelle de 0,05. En termes de recettes, 132 recettes sont préparées à partir des 112 espèces de plantes. Les recettes à plantes uniques ont été au nombre de 78, tandis que 54 recettes sont obtenues par des associations de plantes. Les parties de plantes les plus utilisées ont été les feuilles suivies par les racines. La principale méthode de préparation reste la décoction.

Conclusion: La région maritime du Togo dispose d'une biodiversité floristique importante en matière de plantes antidiabétiques. Ces résultats constituent une bonne base de données pour le criblage biologique dans la recherche de molécules antidiabétiques à base des plantes.

No MeSH data available.


Les formes galéniques des recettes antidiabétiques
© Copyright Policy - open-access
Related In: Results  -  Collection

License
getmorefigures.php?uid=PMC4537902&req=5

Figure 0003: Les formes galéniques des recettes antidiabétiques

Mentions: Les recettes de plantes antidiabétiques: la présente étude a permis de recenser 132 recettes préparées à partir de 112 espèces végétales dont 78 recettes à une seule plante et 54 recettes obtenues par des associations de plantes, soit respectivement 59,09% et 40,91%. Le nombre de plantes associées pour ces recettes varie entre 2 et 9. Au total, il a été recueilli 15 recettes (11,36%) à deux plantes, 18 recettes (13,64%) à trois plantes et 17 recettes (12,88%) à quatre plantes. L'importance des plantes a été matérialisée par leur valeur usuelle. Sur cette base, certaines plantes se sont révélées plus importantes que d'autres. Il s'est agi essentiellement de Allium sativum L. (Liliaceae), Alium cepa L. (Liliaceae), Guilandina bonduc L. (Caesalpinia/Fabaceae), Moringa oleifera L. (Moringaceae), Moringa oleiferaL. (Moringaceae) et de Picralima nitida (Stapf) T. Durand & H. Durand (Apocynaceae) qui ont eu une valeur usuelle de 0,05 (Tableau 3, Tableau 4, Tableau 5, Tableau 6). Elles ont été suivies par un groupe de 5 plantes qui ont présenté une valeur usuelle de 0,04. Ce sont: Catharanthus roseus L. G. Don (Apocynaceae), Conyza aegyptica L. Ait.var. (Asteraceae/Compositae), Crateva adansonii DC. (Capparaceae), Phyllanthus amarus Schum. (Euphorbiaceae) et de Xylopia aethiopica (Dunal) A. Rich. (Annonaceae). Un deuxième paramètre utilisé pour apprécier l'importance des plantes est la citation antérieure dans les précédentes études publiées. Il est ressorti de nos résultats que 40 plantes soit environ 35% des plantes ont été cité au moins dans une étude ayant trait au diabète. Parmi les plantes citées antérieurement la plupart ont présenté des valeurs usuelles supérieures à 0,03. Cependant des plantes comme Guilandina bonduc (VU = 0,05), Alium cepa (VU = 0,05) et Conyza aegyptica (VU = 0,04) n'ont pas de citation antérieure. Plusieurs organes de plantes entrent dans la préparation de ces recettes antidiabétiques, tel que le montre la Figure 2. Il ressort de cette figure que les feuilles (47%) suivies des racines (15%) et des tiges (13%) sont les parties les plus utilisées. Les autres parties sont utilisées dans des fréquences inférieures à 10%. En ce qui concerne les formes galéniques, plus de 50% des recettes sont sous la forme de décoction. Les poudres et les alcoolatures sont rencontrées dans un peu plus de 10% des cas (Figure 3). Les principales voies d'administration sont la voie orale majoritairement et le bain (Figure 4).


[Ethnobotanical study of plants used in the treatment of diabetes in the traditional medicine of Maritime Region, Togo].

Holaly GE, Simplice KD, Charlemagne G, Kodjovi A, Kokou A, Tchadjobo T, Amegnona A, Komlan B, Jacques S - Pan Afr Med J (2015)

Les formes galéniques des recettes antidiabétiques
© Copyright Policy - open-access
Related In: Results  -  Collection

License
Show All Figures
getmorefigures.php?uid=PMC4537902&req=5

Figure 0003: Les formes galéniques des recettes antidiabétiques
Mentions: Les recettes de plantes antidiabétiques: la présente étude a permis de recenser 132 recettes préparées à partir de 112 espèces végétales dont 78 recettes à une seule plante et 54 recettes obtenues par des associations de plantes, soit respectivement 59,09% et 40,91%. Le nombre de plantes associées pour ces recettes varie entre 2 et 9. Au total, il a été recueilli 15 recettes (11,36%) à deux plantes, 18 recettes (13,64%) à trois plantes et 17 recettes (12,88%) à quatre plantes. L'importance des plantes a été matérialisée par leur valeur usuelle. Sur cette base, certaines plantes se sont révélées plus importantes que d'autres. Il s'est agi essentiellement de Allium sativum L. (Liliaceae), Alium cepa L. (Liliaceae), Guilandina bonduc L. (Caesalpinia/Fabaceae), Moringa oleifera L. (Moringaceae), Moringa oleiferaL. (Moringaceae) et de Picralima nitida (Stapf) T. Durand & H. Durand (Apocynaceae) qui ont eu une valeur usuelle de 0,05 (Tableau 3, Tableau 4, Tableau 5, Tableau 6). Elles ont été suivies par un groupe de 5 plantes qui ont présenté une valeur usuelle de 0,04. Ce sont: Catharanthus roseus L. G. Don (Apocynaceae), Conyza aegyptica L. Ait.var. (Asteraceae/Compositae), Crateva adansonii DC. (Capparaceae), Phyllanthus amarus Schum. (Euphorbiaceae) et de Xylopia aethiopica (Dunal) A. Rich. (Annonaceae). Un deuxième paramètre utilisé pour apprécier l'importance des plantes est la citation antérieure dans les précédentes études publiées. Il est ressorti de nos résultats que 40 plantes soit environ 35% des plantes ont été cité au moins dans une étude ayant trait au diabète. Parmi les plantes citées antérieurement la plupart ont présenté des valeurs usuelles supérieures à 0,03. Cependant des plantes comme Guilandina bonduc (VU = 0,05), Alium cepa (VU = 0,05) et Conyza aegyptica (VU = 0,04) n'ont pas de citation antérieure. Plusieurs organes de plantes entrent dans la préparation de ces recettes antidiabétiques, tel que le montre la Figure 2. Il ressort de cette figure que les feuilles (47%) suivies des racines (15%) et des tiges (13%) sont les parties les plus utilisées. Les autres parties sont utilisées dans des fréquences inférieures à 10%. En ce qui concerne les formes galéniques, plus de 50% des recettes sont sous la forme de décoction. Les poudres et les alcoolatures sont rencontrées dans un peu plus de 10% des cas (Figure 3). Les principales voies d'administration sont la voie orale majoritairement et le bain (Figure 4).

View Article: PubMed Central - PubMed

Affiliation: Centre de Recherche et de Formation sur les Plantes Médicinales (CERFOPLAM), Université de Lomé, Togo.

ABSTRACT

Introduction: Les plantes constituent une grande source de principes actifs qui peuvent être utilisés pour traiter de nombreuses maladies, dont le diabète. L'objectif de cette étude était de recenser les plantes utilisées en médecine traditionnelle pour traiter le diabète dans la région Maritime du Togo.

Méthodes: De janvier 2013 à juin 2014, une enquête ethnobotanique a été réalisée auprès de 164 guérisseurs traditionnels dans la région Maritime par des interviews directes à l'aide d'un questionnaire semi structuré.

Résultats: Les données recueillies ont permis d'identifier 112 espèces végétales appartenant à 51 familles. Les familles les plus représentées ont été les Caesalpiniaceae / Fabaceae avec 9 espèces, suivie des Euphorbiaceae et des Compositae avec 8 espèces chacune. Les espèces les plus citées ont été Allium sativum, Alium cepa, Guilandina bonduc, Moringa oleifera et de Picralima nitida qui ont eu une valeur usuelle de 0,05. En termes de recettes, 132 recettes sont préparées à partir des 112 espèces de plantes. Les recettes à plantes uniques ont été au nombre de 78, tandis que 54 recettes sont obtenues par des associations de plantes. Les parties de plantes les plus utilisées ont été les feuilles suivies par les racines. La principale méthode de préparation reste la décoction.

Conclusion: La région maritime du Togo dispose d'une biodiversité floristique importante en matière de plantes antidiabétiques. Ces résultats constituent une bonne base de données pour le criblage biologique dans la recherche de molécules antidiabétiques à base des plantes.

No MeSH data available.