Limits...
[Prevention of mother to child transmission of hepatitis B].

El Agheb MO, Grange JD - Pan Afr Med J (2015)

View Article: PubMed Central - PubMed

Affiliation: Service d'Hépato Gastro Entérologie Hopital Tenon, 4 Rue de la Chine, 75020 Paris.

ABSTRACT

La transmission mère-enfant du virus de l'hépatite B est la principale cause de portage chronique de l'AgHBs. La prévention de cette transmission repose principalement sur la sérovaccination du nouveau-né. En France, le dépistage prénatal de l'AgHBs est obligatoire au sixième mois de la grossesse chez toutes les femmes enceintes. Lorsque la recherche de l'AgHBs est positive chez la mère, le nouveau-né doit recevoir dès sa naissance, par voie intramusculaire et dans deux sites différents, une première injection de vaccin et une injection d'immunoglobulines anti-HBs. La vaccination est ensuite poursuivie selon le protocole recommandé. L'efficacité de la sérovaccination est supérieure à 90%, elle doit être contrôlée chez tous les enfants par un examen sérologique (AgHBs et anticorps anti-HBs) effectué à distance de la dernière injection vaccinale entre 9 et 12 mois après la naissance. Les échecs de la sérovaccination s'observent chez des femmes ayant une charge virale élevées (HBV-DNA >200 000 UI/ml). Chez ces femmes, un traitement antiviral en fin de grossesse et durant le premier mois du postpartum par un analogue nucléosidique ou nucléotidique (lamivudine, telbivudine, ou ténofovir) permet de réduire la fréquence des échecs de la sérovaccination. L'objectif était d’ étudier l'efficacité du traitement antiviral associé à la sérovaccination pour la prévention de la transmission mère-enfant du virus de l'hépatite B. Patients et méthodes: il s'agit d'une étude rétrospective incluant toutes les femmes enceintes AgHBS positif suivis en consultation dans le service d'hépato-gastroentérologie de l'Hôpital Tenon de Paris pendant une période allant de 2000 à 2013. Nous avons au cours de la période d’étude trouvé 23 femmes AgHBs positif mères de 37 enfants ont été suivies. Soixante-treize pour cent des femmes incluses étaient d'origine asiatique avec un âge moyen de 27 ans (extrêmes: 19-37 ans). Dans 81% des grossesses les femmes ont été traitées par un analogue nucléo(ti)que (lamivudine ou ténofovir). Parmi elles 68% avaient une charge virale supérieure à 5 logs au début du traitement. Quatre-vingt-dix-sept pour cent des enfants ont reçu une sérovaccination à la naissance mais seulement 86% d'entre eux avaient un schéma vaccinal complet. Soixante-treize pour cent des enfants ont eu à l’âge de 7 à 12 mois une sérologie de contrôle de la transmission (AgHBs) et de l'efficacité vaccinale (AC anti-HBs). Dans 96% l'immunité obtenue était satisfaisante avec un taux protecteur d'AC anti-HBs. le traitement par la lamivudine ou le ténofovir des femmes porteuses d'une hépatite B chronique avec une charge virale B élevée au 3ème trimestre associé à la sérovaccination du nouveau-né dès la naissance permet une prévention efficace de la transmission verticale du VHB.

No MeSH data available.


Nature du traitement antiviral
© Copyright Policy - open-access
Related In: Results  -  Collection

License
getmorefigures.php?uid=PMC4491476&req=5

Figure 0002: Nature du traitement antiviral

Mentions: Le nombre total des patientes enceintes avec AgHBs positif inclues dans cette étude est de 23 patientes. Dix-sept patientes d'origine asiatique (73,91%), (Figure 1). L’âge moyen: 27 ans, (extrêmes: 19 - 37 ans). Une grossesse antérieure était retrouvée chez la majorité des patientes (79%), 2 patientes avaient un antécédent de fausse couche, tandis que 2 autres avaient eu un antécédent de mort-né. Le mode de transmission était inconnu dans les 2/3 des cas; une hépatite B chronique était présente chez les parents de 5 de nos patientes, une patiente avait un antécédent de toxicomanie iv. L'hépatite chronique B était connue avant le début de la grossesse chez 16 patientes. Un seul cas de prématurité moyenne (selon l'OMS) a été retrouvé (36 SA). Durant la période d’étude il y avait 37 naissances dont 6 enfants après une césarienne, en revanche 31 enfants étaient nés par voie basse (16,2%). (Le taux de césarienne en France est de 20,2%). Le traitement antiviral a été prescrit avant le début de la grossesse dans 8 cas, poursuivit pendant toute la grossesse et interrompit à 1 ou 2 mois postpartum, Le taux de transmission du VHB était nul dans cette dernière catégorie de patiente. Dans 60% des cas le traitement antiviral prescrit était le ténofovir, (Figure 2). Ce traitement antiviral a été débuté au 3ème trimestre dans 22 cas (60%), (Tableau 1). Toutes ces patientes traitées à partir du 3ème trimestre avaient une charge virale supérieure ou égale à 7 logs, (Figure 3). Trente-six enfants ont bénéficié d'une sérovaccination à la naissance (soit 97%); dont 34 ont reçu un premier rappel vaccinal un mois après leurs naissance (soit 92%). Le schéma vaccinal complet incluant un deuxième rappel vaccinal à l’âge de 6 mois était respecté chez 32 enfants (86%). Le contrôle de la transmission (AgHBs) et de l'efficacité de la vaccination (AC anti-HBs > 10 UI/ml) était effectué chez 27 (73%) enfants dont 26 (96%) avaient une immunité satisfaisante, (Figure 4).


[Prevention of mother to child transmission of hepatitis B].

El Agheb MO, Grange JD - Pan Afr Med J (2015)

Nature du traitement antiviral
© Copyright Policy - open-access
Related In: Results  -  Collection

License
Show All Figures
getmorefigures.php?uid=PMC4491476&req=5

Figure 0002: Nature du traitement antiviral
Mentions: Le nombre total des patientes enceintes avec AgHBs positif inclues dans cette étude est de 23 patientes. Dix-sept patientes d'origine asiatique (73,91%), (Figure 1). L’âge moyen: 27 ans, (extrêmes: 19 - 37 ans). Une grossesse antérieure était retrouvée chez la majorité des patientes (79%), 2 patientes avaient un antécédent de fausse couche, tandis que 2 autres avaient eu un antécédent de mort-né. Le mode de transmission était inconnu dans les 2/3 des cas; une hépatite B chronique était présente chez les parents de 5 de nos patientes, une patiente avait un antécédent de toxicomanie iv. L'hépatite chronique B était connue avant le début de la grossesse chez 16 patientes. Un seul cas de prématurité moyenne (selon l'OMS) a été retrouvé (36 SA). Durant la période d’étude il y avait 37 naissances dont 6 enfants après une césarienne, en revanche 31 enfants étaient nés par voie basse (16,2%). (Le taux de césarienne en France est de 20,2%). Le traitement antiviral a été prescrit avant le début de la grossesse dans 8 cas, poursuivit pendant toute la grossesse et interrompit à 1 ou 2 mois postpartum, Le taux de transmission du VHB était nul dans cette dernière catégorie de patiente. Dans 60% des cas le traitement antiviral prescrit était le ténofovir, (Figure 2). Ce traitement antiviral a été débuté au 3ème trimestre dans 22 cas (60%), (Tableau 1). Toutes ces patientes traitées à partir du 3ème trimestre avaient une charge virale supérieure ou égale à 7 logs, (Figure 3). Trente-six enfants ont bénéficié d'une sérovaccination à la naissance (soit 97%); dont 34 ont reçu un premier rappel vaccinal un mois après leurs naissance (soit 92%). Le schéma vaccinal complet incluant un deuxième rappel vaccinal à l’âge de 6 mois était respecté chez 32 enfants (86%). Le contrôle de la transmission (AgHBs) et de l'efficacité de la vaccination (AC anti-HBs > 10 UI/ml) était effectué chez 27 (73%) enfants dont 26 (96%) avaient une immunité satisfaisante, (Figure 4).

View Article: PubMed Central - PubMed

Affiliation: Service d'Hépato Gastro Entérologie Hopital Tenon, 4 Rue de la Chine, 75020 Paris.

ABSTRACT

La transmission mère-enfant du virus de l'hépatite B est la principale cause de portage chronique de l'AgHBs. La prévention de cette transmission repose principalement sur la sérovaccination du nouveau-né. En France, le dépistage prénatal de l'AgHBs est obligatoire au sixième mois de la grossesse chez toutes les femmes enceintes. Lorsque la recherche de l'AgHBs est positive chez la mère, le nouveau-né doit recevoir dès sa naissance, par voie intramusculaire et dans deux sites différents, une première injection de vaccin et une injection d'immunoglobulines anti-HBs. La vaccination est ensuite poursuivie selon le protocole recommandé. L'efficacité de la sérovaccination est supérieure à 90%, elle doit être contrôlée chez tous les enfants par un examen sérologique (AgHBs et anticorps anti-HBs) effectué à distance de la dernière injection vaccinale entre 9 et 12 mois après la naissance. Les échecs de la sérovaccination s'observent chez des femmes ayant une charge virale élevées (HBV-DNA >200 000 UI/ml). Chez ces femmes, un traitement antiviral en fin de grossesse et durant le premier mois du postpartum par un analogue nucléosidique ou nucléotidique (lamivudine, telbivudine, ou ténofovir) permet de réduire la fréquence des échecs de la sérovaccination. L'objectif était d’ étudier l'efficacité du traitement antiviral associé à la sérovaccination pour la prévention de la transmission mère-enfant du virus de l'hépatite B. Patients et méthodes: il s'agit d'une étude rétrospective incluant toutes les femmes enceintes AgHBS positif suivis en consultation dans le service d'hépato-gastroentérologie de l'Hôpital Tenon de Paris pendant une période allant de 2000 à 2013. Nous avons au cours de la période d’étude trouvé 23 femmes AgHBs positif mères de 37 enfants ont été suivies. Soixante-treize pour cent des femmes incluses étaient d'origine asiatique avec un âge moyen de 27 ans (extrêmes: 19-37 ans). Dans 81% des grossesses les femmes ont été traitées par un analogue nucléo(ti)que (lamivudine ou ténofovir). Parmi elles 68% avaient une charge virale supérieure à 5 logs au début du traitement. Quatre-vingt-dix-sept pour cent des enfants ont reçu une sérovaccination à la naissance mais seulement 86% d'entre eux avaient un schéma vaccinal complet. Soixante-treize pour cent des enfants ont eu à l’âge de 7 à 12 mois une sérologie de contrôle de la transmission (AgHBs) et de l'efficacité vaccinale (AC anti-HBs). Dans 96% l'immunité obtenue était satisfaisante avec un taux protecteur d'AC anti-HBs. le traitement par la lamivudine ou le ténofovir des femmes porteuses d'une hépatite B chronique avec une charge virale B élevée au 3ème trimestre associé à la sérovaccination du nouveau-né dès la naissance permet une prévention efficace de la transmission verticale du VHB.

No MeSH data available.