Limits...
[Cerebellar atrophy post electrocution accident manifested by psychomotor agitation state: about 2 cases].

Bugeme M, Mukuku O, Kiji JM, Ruhindiza BM, Muyumba E - Pan Afr Med J (2015)

View Article: PubMed Central - PubMed

Affiliation: Centre Neuropsychiatrique Dr Joseph Guislain/Frères de la Charité, Lubumbashi, République Démocratique du Congo.

ABSTRACT

Les accidents d’électrisation (AE) sont relativement fréquents dans la vie quotidienne. L'atrophie cérébelleuse représente une complication rare. Nous rapportons deux cas d'atrophie cérébelleuse qui se sont manifestés révélés par un état d'agitation psychomotrice. L'atteinte du cervelet était bilatérale chez le premier tandis que chez le deuxième, elle était unilatérale droite associée à celle du cerveau droit. La particularité que présentent nos deux observations est non seulement la rareté de l'atrophie cérébelleuse dans les complications neurologiques post AE mais aussi par son mode d'expression clinique.

No MeSH data available.


Image scannographique montrant des lésions atropho-cicatricielles au niveau du cervelet chez le patient n°2
© Copyright Policy - open-access
Related In: Results  -  Collection

License
getmorefigures.php?uid=PMC4491473&req=5

Figure 0002: Image scannographique montrant des lésions atropho-cicatricielles au niveau du cervelet chez le patient n°2

Mentions: Patient T.C, âgé de 54 ans, a été amené au Centre Neuropsychiatrique Dr Joseph-Guislain pour des chutes à la maison et au travail avec perte de connaissance et oublis exagérés. Le début de l'histoire de la maladie remontait à 30 mois de ces manifestations pendant que le patient travaillait dans une station de captation d'eau où il avait touché par imprudence un câble électrique qui transportait 15.000 volts occasionnant chez lui une projection avec perte de connaissance. Il avait été conduit dans un hôpital pour recevoir les premiers soins d'urgence. Notons que le patient n'avait aucun antécédent particulier et, après cet AE, avait évolué pendant plusieurs mois sans poser aucun problème de santé. Vingt-quatre mois après l'AE, le patient a commencé à présenter un trouble de comportement fait d'agitation psychomotrice, de rires immotivés et de propos incohérents par moment. La survenue de crises convulsives afébriles à répétition et d'oublis de façon exagérée avaient motivé sa consultation. Les crises convulsives étaient tonico-cloniques secondairement généralisées, avec révulsion oculaire, émission d’écume et perte d'urine. A la fin des crises, le patient se sentait très fatigué et ne reconnaissait plus rien de ce qui précédait ces crises qui duraient généralement 3 minutes et leur fréquence était de 4 crises par semaine. L'examen neurologique avait mis en évidence une altération des fonctions intellectuelles (altération de la mémoire, d'efficience et d'efficacité et une désorientation temporo-spatiale), une hypermétrie et une adiadococinésie. Le reste de l'examen physique était sans particularité. Nous avons conclu à un syndrome cérébelleux associé à un EAPM post AE. L'EEG et l'ECG étaient normaux. Le scanner cérébral a montré des lésions séquellaires atropho-cicatricielles frontale gauche, occipitale et cérébelleuse droites (Figure 2). Un traitement fait de valproate de sodium (500mg deux fois par jour), de citicholine (2ml trois fois par jour pendant un mois) et de chlorpromazine (50mg deux fois par jour pendant 3 jours) avait instauré. Après 6 mois de suivi médical, l’évolution était marquée, sur le plan psychiatrique, par une diminution progressive de l'agitation et du point de vue neurologique par un arrêt complet des crises convulsives, une amélioration des fonctions intellectuelles et la récupération lente et incomplète de la coordination de mouvements et de l’équilibre.


[Cerebellar atrophy post electrocution accident manifested by psychomotor agitation state: about 2 cases].

Bugeme M, Mukuku O, Kiji JM, Ruhindiza BM, Muyumba E - Pan Afr Med J (2015)

Image scannographique montrant des lésions atropho-cicatricielles au niveau du cervelet chez le patient n°2
© Copyright Policy - open-access
Related In: Results  -  Collection

License
Show All Figures
getmorefigures.php?uid=PMC4491473&req=5

Figure 0002: Image scannographique montrant des lésions atropho-cicatricielles au niveau du cervelet chez le patient n°2
Mentions: Patient T.C, âgé de 54 ans, a été amené au Centre Neuropsychiatrique Dr Joseph-Guislain pour des chutes à la maison et au travail avec perte de connaissance et oublis exagérés. Le début de l'histoire de la maladie remontait à 30 mois de ces manifestations pendant que le patient travaillait dans une station de captation d'eau où il avait touché par imprudence un câble électrique qui transportait 15.000 volts occasionnant chez lui une projection avec perte de connaissance. Il avait été conduit dans un hôpital pour recevoir les premiers soins d'urgence. Notons que le patient n'avait aucun antécédent particulier et, après cet AE, avait évolué pendant plusieurs mois sans poser aucun problème de santé. Vingt-quatre mois après l'AE, le patient a commencé à présenter un trouble de comportement fait d'agitation psychomotrice, de rires immotivés et de propos incohérents par moment. La survenue de crises convulsives afébriles à répétition et d'oublis de façon exagérée avaient motivé sa consultation. Les crises convulsives étaient tonico-cloniques secondairement généralisées, avec révulsion oculaire, émission d’écume et perte d'urine. A la fin des crises, le patient se sentait très fatigué et ne reconnaissait plus rien de ce qui précédait ces crises qui duraient généralement 3 minutes et leur fréquence était de 4 crises par semaine. L'examen neurologique avait mis en évidence une altération des fonctions intellectuelles (altération de la mémoire, d'efficience et d'efficacité et une désorientation temporo-spatiale), une hypermétrie et une adiadococinésie. Le reste de l'examen physique était sans particularité. Nous avons conclu à un syndrome cérébelleux associé à un EAPM post AE. L'EEG et l'ECG étaient normaux. Le scanner cérébral a montré des lésions séquellaires atropho-cicatricielles frontale gauche, occipitale et cérébelleuse droites (Figure 2). Un traitement fait de valproate de sodium (500mg deux fois par jour), de citicholine (2ml trois fois par jour pendant un mois) et de chlorpromazine (50mg deux fois par jour pendant 3 jours) avait instauré. Après 6 mois de suivi médical, l’évolution était marquée, sur le plan psychiatrique, par une diminution progressive de l'agitation et du point de vue neurologique par un arrêt complet des crises convulsives, une amélioration des fonctions intellectuelles et la récupération lente et incomplète de la coordination de mouvements et de l’équilibre.

View Article: PubMed Central - PubMed

Affiliation: Centre Neuropsychiatrique Dr Joseph Guislain/Frères de la Charité, Lubumbashi, République Démocratique du Congo.

ABSTRACT

Les accidents d’électrisation (AE) sont relativement fréquents dans la vie quotidienne. L'atrophie cérébelleuse représente une complication rare. Nous rapportons deux cas d'atrophie cérébelleuse qui se sont manifestés révélés par un état d'agitation psychomotrice. L'atteinte du cervelet était bilatérale chez le premier tandis que chez le deuxième, elle était unilatérale droite associée à celle du cerveau droit. La particularité que présentent nos deux observations est non seulement la rareté de l'atrophie cérébelleuse dans les complications neurologiques post AE mais aussi par son mode d'expression clinique.

No MeSH data available.