Limits...
[Rare association of a pleomorphic adenoma and epithelial myoepithelial carcinoma of the parotid gland].

Jahidi A, Hemmaoui B, Noureddine E, Youssef D, Issam R, Hafsa C, Benariba F - Pan Afr Med J (2014)

View Article: PubMed Central - PubMed

Affiliation: Service ORL et CCF Hôpital Militaire d'Instruction Mohammed V, Rabat, Maroc.

ABSTRACT

Le Carcinome épithélial - myoépithélial (CEM) est une tumeur maligne rare des glandes salivaires touchant principalement la glande parotide. Son association avec un adénome pléomorphe est exceptionnelle. Nous rapportons le cas d'une femme de 57 ans avec adénome pléomorphe de la glande parotide évoluant depuis plusieurs années. L'augmentation récente du volume de la glande associée à l'apparition d'adénopathies cervicales homolatérales nous a fait penser à une transformation maligne. L'examen histologique final après parotidectomie totale a montré une association inattendue d'un adénome pléomorphe et un CEM. Le CEM est une tumeur maligne de bas grade. Elle peut survenir de novo ou sur un adénome pléomorphe. La transformation maligne de l'adénome est suspectée devant l'augmentation rapide du volume de l'adénome avec apparition d'adénopathies cervicales. Toutefois, ces modifications cliniques peuvent annoncer l'apparition d'une tumeur distincte. Malgré sa tendance à la récidive locale et un faible potentiel métastatique, de rares cas de CEM peuvent avoir un comportement agressif et des métastases à distance. Le traitement consiste principalement en une résection chirurgicale complète si possible suivie d'une radiothérapie dans le but de prévenir la récidive locale.

Show MeSH
TDM en coupe coronale montrant les deux masses Parotidiennes (vue 2)
© Copyright Policy - open-access
Related In: Results  -  Collection

License
getmorefigures.php?uid=PMC4214566&req=5

Figure 0002: TDM en coupe coronale montrant les deux masses Parotidiennes (vue 2)

Mentions: A.B est une patiente de 57 ans qui présente depuis 26 ans, une tuméfaction parotidienne. Les examens réalisés initialement notamment l’échographie et le scanner étaient en faveur d'un adénome pléomorphe. La patiente a refusé la chirurgie craignant les complications d'une parotidectomie. Il y a 2 ans la patiente a consulté pour une augmentation récente du volume de la tumeur, avec l'apparition d'une adénopathie cervicale homolatérale. Cette évolution nous a fait penser à une transformation maligne de l'adénome pléomorphe. L'IRM réalisée a mis en évidence la présence de deux masses parotidiennes la première mesurant 21x17 mm arrondie et bien limitée évoquant un adénome pléomorphe, la seconde, suspecte, mesurant 38x34x31mm polylobée avec rupture capsulaire(Figure 1). Le scanner trouve des adénopathies jugulo-carotidiennes supérieures droites dont la plus volumineuse mesure 29x17 mm (Figure 2) Une parotidectomie exofaciale a été réalisée, l'examen extemporané a révélé des signes de malignité sur le nodule suspect à l'imagerie. L'intervention a été poursuivie par une totalisation de la parotidectomie avec curage ganglionnaire cervicale homolatéral. Le résultat anatomopathologique définitif était surprenant : Il s'agissait d'une association de deux tumeurs parfaitement distinctes : un adénome pléomorphe (Figure 3 - A) et un carcinome épithélial myoépithélial caractérisé par la prolifération carcinomateuse à double composante (Figure 3 - B). Ce résultat a été confirmé par l´étude immunohistochimique qui met en évidence l´expression distincte des cellules épithéliales (Figure 3 - C) et myoépithéliales (Figure 3 - D). Les suites opératoires étaient simples. La patiente a bénéficié d'une radiothérapie à la dose de 50 grays sur la loge parotidienne et les aires ganglionnaires cervicales avec une bonne tolérance. Les contrôles réguliers n'ont retrouvé aucun signe de récidive locale ou loco-régionale.


[Rare association of a pleomorphic adenoma and epithelial myoepithelial carcinoma of the parotid gland].

Jahidi A, Hemmaoui B, Noureddine E, Youssef D, Issam R, Hafsa C, Benariba F - Pan Afr Med J (2014)

TDM en coupe coronale montrant les deux masses Parotidiennes (vue 2)
© Copyright Policy - open-access
Related In: Results  -  Collection

License
Show All Figures
getmorefigures.php?uid=PMC4214566&req=5

Figure 0002: TDM en coupe coronale montrant les deux masses Parotidiennes (vue 2)
Mentions: A.B est une patiente de 57 ans qui présente depuis 26 ans, une tuméfaction parotidienne. Les examens réalisés initialement notamment l’échographie et le scanner étaient en faveur d'un adénome pléomorphe. La patiente a refusé la chirurgie craignant les complications d'une parotidectomie. Il y a 2 ans la patiente a consulté pour une augmentation récente du volume de la tumeur, avec l'apparition d'une adénopathie cervicale homolatérale. Cette évolution nous a fait penser à une transformation maligne de l'adénome pléomorphe. L'IRM réalisée a mis en évidence la présence de deux masses parotidiennes la première mesurant 21x17 mm arrondie et bien limitée évoquant un adénome pléomorphe, la seconde, suspecte, mesurant 38x34x31mm polylobée avec rupture capsulaire(Figure 1). Le scanner trouve des adénopathies jugulo-carotidiennes supérieures droites dont la plus volumineuse mesure 29x17 mm (Figure 2) Une parotidectomie exofaciale a été réalisée, l'examen extemporané a révélé des signes de malignité sur le nodule suspect à l'imagerie. L'intervention a été poursuivie par une totalisation de la parotidectomie avec curage ganglionnaire cervicale homolatéral. Le résultat anatomopathologique définitif était surprenant : Il s'agissait d'une association de deux tumeurs parfaitement distinctes : un adénome pléomorphe (Figure 3 - A) et un carcinome épithélial myoépithélial caractérisé par la prolifération carcinomateuse à double composante (Figure 3 - B). Ce résultat a été confirmé par l´étude immunohistochimique qui met en évidence l´expression distincte des cellules épithéliales (Figure 3 - C) et myoépithéliales (Figure 3 - D). Les suites opératoires étaient simples. La patiente a bénéficié d'une radiothérapie à la dose de 50 grays sur la loge parotidienne et les aires ganglionnaires cervicales avec une bonne tolérance. Les contrôles réguliers n'ont retrouvé aucun signe de récidive locale ou loco-régionale.

View Article: PubMed Central - PubMed

Affiliation: Service ORL et CCF Hôpital Militaire d'Instruction Mohammed V, Rabat, Maroc.

ABSTRACT

Le Carcinome épithélial - myoépithélial (CEM) est une tumeur maligne rare des glandes salivaires touchant principalement la glande parotide. Son association avec un adénome pléomorphe est exceptionnelle. Nous rapportons le cas d'une femme de 57 ans avec adénome pléomorphe de la glande parotide évoluant depuis plusieurs années. L'augmentation récente du volume de la glande associée à l'apparition d'adénopathies cervicales homolatérales nous a fait penser à une transformation maligne. L'examen histologique final après parotidectomie totale a montré une association inattendue d'un adénome pléomorphe et un CEM. Le CEM est une tumeur maligne de bas grade. Elle peut survenir de novo ou sur un adénome pléomorphe. La transformation maligne de l'adénome est suspectée devant l'augmentation rapide du volume de l'adénome avec apparition d'adénopathies cervicales. Toutefois, ces modifications cliniques peuvent annoncer l'apparition d'une tumeur distincte. Malgré sa tendance à la récidive locale et un faible potentiel métastatique, de rares cas de CEM peuvent avoir un comportement agressif et des métastases à distance. Le traitement consiste principalement en une résection chirurgicale complète si possible suivie d'une radiothérapie dans le but de prévenir la récidive locale.

Show MeSH