Limits...
[Evolution of postoperative sequelae of pulmonary tuberculosis in HIV seropositive].

Grégoire AK, Flavien KH, Raphaël O, Démine B, Christophe MG, Marie AK, Hervé YA, Yves T - Pan Afr Med J (2014)

View Article: PubMed Central - PubMed

Affiliation: Service des Maladies Cardio-Vasculaires et Thoraciques du CHU de Bouaké

ABSTRACT

Cette étude rapporte les aspects cliniques et évolutifs des séquelles pulmonaires tuberculeuses (SPT) opérées chez les séropositifs (VIH+). Il s'agit d'une étude prospective transversale réalisée entre Novembre 2005 et Octobre 2012. Elle a porté sur 20 patients VIH+, ayant dans leurs antécédents, une tuberculose pulmonaire (TP) traitée et déclarée guérie, et admise dans ladite période pour une chirurgie de la SPT secondaire. Une enquête sérologique VIH a été réalisée systématiquement au cours du bilan pré-opératoire. Le diagnostic pré-opératoire de la SPT, la mortalité, les complications post- opératoires (CPOP), le séjour hospitalier, le suivi à moyen terme des STP opérées ont été évalués. Les séropositifs étaient VIH1+ (n = 12; 60%), VIH1&2+ (n = 4; 20%) et VIH2+ (n = 4; 20%). La durée moyenne d’évolution des STP était de 26,22 ± 21,3 mois. Les STP étaient les pyothorax ou pleurésies enkystées (n = 16; 80%), le poumon détruit (n = 2;10%) et les dilatations de bronches (n = 2;10%). Les VIH+ ne présentaient pas d'aspergillome pulmonaire. Le séjour hospitalier moyen était 13,1 ± 10,2 jours. Le suivi total était de 82 patients-année avec une moyenne de suivi de 4,2 ± 2,3 ans (extrêmes: 1 et 7 ans). Le taux de mortalité à court et moyen terme était nul. Aucun décès post-opératoire immédiat n'a été noté. Les CPOP immédiates étaient les bullages prolongés chez 75% des immunodéprimés. Les CPOP tardives (n = 3) étaient un syndrome restrictif pulmonaire, un pyothorax persistant et une pachypleurite résiduelle restrictive. A court terme, le taux de guérison radiologique était de 80% (n = 16).

Show MeSH
Courbe de survie globale de Kaplan –Meier en l'absence de complications post –opératoires de STP (excluant les bullages prolongés)
© Copyright Policy - open-access
Related In: Results  -  Collection

License
getmorefigures.php?uid=PMC4048700&req=5

Figure 0004: Courbe de survie globale de Kaplan –Meier en l'absence de complications post –opératoires de STP (excluant les bullages prolongés)

Mentions: Il s'agissait de 20 patients séropositifs VIH qui ont été consulté pour une STP. L’âge moyen était de 39,4 ± 6,91. On notait 10 Hommes (H) (50%) et 10 Femmes (F) (50%), soit un sex-ratio (H/F) de 1. La séropositivité était de type VIH1+ (n = 12; 60%), VIH 1&2+ (n = 4; 20%) et VIH 2+ (n = 4; 20%). 10 patients VIH 1+(p = 0,625; IC95 = 0,245- 0,915; p = S), 4 patients VIH 2+ et 2 patients VIH1&2+ souffraient d'un pyothorax. 2 patients VIH1+ avaient un lobe ou un poumon détruit et 2 patients VIH1&2+ , une dilatation de bronche. Les caractéristiques diagnostiques et les gestes chirurgicaux réalisés ont été récapitulés dans le Tableau 1. Tous les patients présentaient une séquelle radiologique de la TP. Le délai médian de consultation en chirurgie thoracique après un traitement antituberculeux était de 2,5 ans (n = 17 patients). Au plan diagnostique, les principales STP étaient le pyothorax ou pleurésie enkystée (n = 12; 60%) Figure 1, le poumon détruit (n = 2; 10%) Figure 2 et la dilatation de bronches dont une localisation bilatérale (n = 2; 10%) (Figure 3). Au moment de la chirurgie, 90% des patients VIH+ (n = 18) étaient sous traitement anti-retroviral (ARV). Chez ces patients sous le traitement ARV, le taux médian d'anticorps CD4 était de 182,5 UI (n = 16). Ce taux d'anticorps CD4 était inférieur à 150 UI (n = 8), compris entre 150 UI et 200 UI (n = 4) et entre 250 UI et 300 UI (n = 4). Chez les 2 autres patients, le traitement ARV était institué précocement au début de l'infection VIH/SIDA. 10% des patients n’étaient pas sous traitement ARV. Le taux médian d'anticorps CD8 était de 1802 UI (n = 6). Par thoracotomie postéro-latérale avec ou sans épargne musculaire, nous avons réalisé: 2 pneumonectomies, une bilobectomie associée à une thoracoplastie; 3 lobectomies; 10 décortications pleurales qui se situaient toutes à droite et 4 drainages pleuraux. La distribution des gestes chirurgicaux a été illustrée au Tableau 2. On a réalisé 6 résections pulmonaires (30%). La mortalité immédiate était e. Le séjour moyen hospitalier était 13,1 ± 10,2 jours. Le suivi total était de 82 patients-année avec une moyenne de suivi de 4,2 ± 2, 3 ans (extrêmes: 1 et 7 ans). Le taux de complications post-opératoires immédiates était de 75% (n = 15) dues aux bullages prolongés. Le taux de complications tardives 15% (n = 3) due à un syndrome restrictif pulmonaire (n =1), une pachypleurite restrictive (n = 1) et un pyothorax droit persistant (n = 1), reconstitué totalement à 2 ans post-opératoires. La survie globale sans complications post- opératoires des STP des immunodéprimés est illustrée par la courbe de Kaplan-Meier Figure 4. A court terme, le taux de guérison radiologique était de 80% (n = 16).


[Evolution of postoperative sequelae of pulmonary tuberculosis in HIV seropositive].

Grégoire AK, Flavien KH, Raphaël O, Démine B, Christophe MG, Marie AK, Hervé YA, Yves T - Pan Afr Med J (2014)

Courbe de survie globale de Kaplan –Meier en l'absence de complications post –opératoires de STP (excluant les bullages prolongés)
© Copyright Policy - open-access
Related In: Results  -  Collection

License
Show All Figures
getmorefigures.php?uid=PMC4048700&req=5

Figure 0004: Courbe de survie globale de Kaplan –Meier en l'absence de complications post –opératoires de STP (excluant les bullages prolongés)
Mentions: Il s'agissait de 20 patients séropositifs VIH qui ont été consulté pour une STP. L’âge moyen était de 39,4 ± 6,91. On notait 10 Hommes (H) (50%) et 10 Femmes (F) (50%), soit un sex-ratio (H/F) de 1. La séropositivité était de type VIH1+ (n = 12; 60%), VIH 1&2+ (n = 4; 20%) et VIH 2+ (n = 4; 20%). 10 patients VIH 1+(p = 0,625; IC95 = 0,245- 0,915; p = S), 4 patients VIH 2+ et 2 patients VIH1&2+ souffraient d'un pyothorax. 2 patients VIH1+ avaient un lobe ou un poumon détruit et 2 patients VIH1&2+ , une dilatation de bronche. Les caractéristiques diagnostiques et les gestes chirurgicaux réalisés ont été récapitulés dans le Tableau 1. Tous les patients présentaient une séquelle radiologique de la TP. Le délai médian de consultation en chirurgie thoracique après un traitement antituberculeux était de 2,5 ans (n = 17 patients). Au plan diagnostique, les principales STP étaient le pyothorax ou pleurésie enkystée (n = 12; 60%) Figure 1, le poumon détruit (n = 2; 10%) Figure 2 et la dilatation de bronches dont une localisation bilatérale (n = 2; 10%) (Figure 3). Au moment de la chirurgie, 90% des patients VIH+ (n = 18) étaient sous traitement anti-retroviral (ARV). Chez ces patients sous le traitement ARV, le taux médian d'anticorps CD4 était de 182,5 UI (n = 16). Ce taux d'anticorps CD4 était inférieur à 150 UI (n = 8), compris entre 150 UI et 200 UI (n = 4) et entre 250 UI et 300 UI (n = 4). Chez les 2 autres patients, le traitement ARV était institué précocement au début de l'infection VIH/SIDA. 10% des patients n’étaient pas sous traitement ARV. Le taux médian d'anticorps CD8 était de 1802 UI (n = 6). Par thoracotomie postéro-latérale avec ou sans épargne musculaire, nous avons réalisé: 2 pneumonectomies, une bilobectomie associée à une thoracoplastie; 3 lobectomies; 10 décortications pleurales qui se situaient toutes à droite et 4 drainages pleuraux. La distribution des gestes chirurgicaux a été illustrée au Tableau 2. On a réalisé 6 résections pulmonaires (30%). La mortalité immédiate était e. Le séjour moyen hospitalier était 13,1 ± 10,2 jours. Le suivi total était de 82 patients-année avec une moyenne de suivi de 4,2 ± 2, 3 ans (extrêmes: 1 et 7 ans). Le taux de complications post-opératoires immédiates était de 75% (n = 15) dues aux bullages prolongés. Le taux de complications tardives 15% (n = 3) due à un syndrome restrictif pulmonaire (n =1), une pachypleurite restrictive (n = 1) et un pyothorax droit persistant (n = 1), reconstitué totalement à 2 ans post-opératoires. La survie globale sans complications post- opératoires des STP des immunodéprimés est illustrée par la courbe de Kaplan-Meier Figure 4. A court terme, le taux de guérison radiologique était de 80% (n = 16).

View Article: PubMed Central - PubMed

Affiliation: Service des Maladies Cardio-Vasculaires et Thoraciques du CHU de Bouaké

ABSTRACT

Cette étude rapporte les aspects cliniques et évolutifs des séquelles pulmonaires tuberculeuses (SPT) opérées chez les séropositifs (VIH+). Il s'agit d'une étude prospective transversale réalisée entre Novembre 2005 et Octobre 2012. Elle a porté sur 20 patients VIH+, ayant dans leurs antécédents, une tuberculose pulmonaire (TP) traitée et déclarée guérie, et admise dans ladite période pour une chirurgie de la SPT secondaire. Une enquête sérologique VIH a été réalisée systématiquement au cours du bilan pré-opératoire. Le diagnostic pré-opératoire de la SPT, la mortalité, les complications post- opératoires (CPOP), le séjour hospitalier, le suivi à moyen terme des STP opérées ont été évalués. Les séropositifs étaient VIH1+ (n = 12; 60%), VIH1&2+ (n = 4; 20%) et VIH2+ (n = 4; 20%). La durée moyenne d’évolution des STP était de 26,22 ± 21,3 mois. Les STP étaient les pyothorax ou pleurésies enkystées (n = 16; 80%), le poumon détruit (n = 2;10%) et les dilatations de bronches (n = 2;10%). Les VIH+ ne présentaient pas d'aspergillome pulmonaire. Le séjour hospitalier moyen était 13,1 ± 10,2 jours. Le suivi total était de 82 patients-année avec une moyenne de suivi de 4,2 ± 2,3 ans (extrêmes: 1 et 7 ans). Le taux de mortalité à court et moyen terme était nul. Aucun décès post-opératoire immédiat n'a été noté. Les CPOP immédiates étaient les bullages prolongés chez 75% des immunodéprimés. Les CPOP tardives (n = 3) étaient un syndrome restrictif pulmonaire, un pyothorax persistant et une pachypleurite résiduelle restrictive. A court terme, le taux de guérison radiologique était de 80% (n = 16).

Show MeSH